entortiller


entortiller

entortiller [ ɑ̃tɔrtije ] v. tr. <conjug. : 1>
XVI e; de entourteillier (fin XIIIe), de entort, p. p. de l'a. fr. entordre « tordre »
1Envelopper (un objet) dans qqch. que l'on tortille; tortiller (qqch.) autour d'un objet. Entortiller un bonbon dans du papier. Entortiller du raphia autour d'un bouquet. attacher, nouer. Pronom. Le lierre s'entortille autour du tronc. enlacer.
2Fig. Circonvenir, séduire (qqn) par la ruse. embobiner, enjôler. Il a réussi à vous entortiller. fam. 1. avoir. « il sut entortiller les jurés avec une conviction si sérieuse » (Balzac). prendre.
3Compliquer par des circonlocutions et des obscurités. emberlificoter, embrouiller. Il avait « une étonnante manière d'enrouler, d'embrouiller et d'entortiller la phrase » (Duhamel). Des phrases entortillées, compliquées, confuses. embarrassé.
⊗ CONTR. Délacer, dénouer, désentortiller; simplifier.

entortiller verbe transitif (latin populaire intortiliare, du latin classique tortilis, tortillé) Envelopper un objet dans quelque chose qu'on tortille, qu'on enroule tout autour : Entortiller des bonbons dans du papier. Tortiller un papier, un tissu, etc., l'enrouler autour de quelque chose : Entortiller une bande autour du bras blessé. Familier. Séduire quelqu'un, l'amener à ce qu'on désire par des paroles trompeuses ; emberlificoter : Le démarcheur l'a entortillé avec ses boniments. Familier. Formuler un discours de façon compliquée, avec des circonlocutions ; embrouiller : Entortiller ses phrases.entortiller (synonymes) verbe transitif (latin populaire intortiliare, du latin classique tortilis, tortillé) Envelopper un objet dans quelque chose qu'on tortille, qu'on enroule tout...
Synonymes :
Familier. Séduire quelqu'un, l'amener à ce qu'on désire par des paroles...
Synonymes :
- emberlificoter (familier)
- embobeliner (familier)
- embobiner (familier)
- enjôler

entortiller
v.
rI./r v. tr.
d1./d Envelopper dans qqch que l'on tortille. Entortiller des bonbons dans du papier.
d2./d Enrouler (qqch) autour d'un objet. Entortiller une ficelle autour d'un paquet.
d3./d Fig. Entortiller qqn, l'amener insidieusement à faire ce que l'on désire.
d4./d Fig. Rendre obscur par l'emploi de circonlocutions, de périphrases. Entortiller une réponse.
Pp. adj. Des phrases entortillées.
rII./r v. Pron.
d1./d S'enrouler. Serpent qui s'entortille autour d'une branche.
|| Fam. S'envelopper. S'entortiller dans son manteau.
d2./d Fig. S'embrouiller. S'entortiller dans ses explications.

⇒ENTORTILLER, verbe.
I.— [Avec un compl. second] Donner à (un objet long et souple) une forme tordue en le mêlant à un autre objet.
A.— [Avec un compl. second introduit par dans]
1. Emploi trans. [Le compl. dir. désigne une chose] Envelopper (quelque chose) dans un objet souple qu'on tortille. Entortiller un bonbon dans du papier; entortiller un greffon dans du chiffon. Puis il entortillait les maigres jambes d'un vieux prêtre dans les plis de sa soutane (COPPÉE, Bonne souffr., 1898, p. 25). On roulait en anneau la mèche de cheveux que l'on entortillait ensuite dans un papier très léger (GYP, Souv. pte fille, 1927, p. 71).
2. Emploi pronom. S'envelopper dans un objet souple en le serrant par de nombreuses torsions.
a) Domaine concr.
[Action volontaire du suj.] Le soldat s'entortilla dans son manteau. Synon. s'envelopper, s'emmitoufler. Dans ses jupons aussi Je sais qu'on s'entortille (BÉRANGER, Chans., t. 1, 1829, p. 42).
[Action non-volontaire du suj.] S'entortiller dans sa jupe. Synon. s'emmêler. Plus lunatique que la chèvre, il [Feuerstein] s'entortille dans son propre licol (ARNOUX, Chiffre, 1926, p. 91). J'ai craint, en l'ouvrant trop tôt, de m'entortiller dans mon parachute (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p. 293).
b) Domaine abstr. S'entortiller dans ses phrases. Synon. s'embrouiller. Le docteur cherchait à répondre et s'entortillait dans de grandes phrases (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 307). Pourvu que je ne m'entortille pas dans ce que je veux dire (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 135).
3. Au fig. [Le compl. dir. désigne une pers.] Retenir captif dans quelque chose de compliqué, d'inextricable. Entortiller qqn dans une sale affaire. Synon. embobeliner, emberlificoter, enjôler. Une fois le livonien entortillé dans les cordes de la procédure commerciale, il s'agissait d'arriver au payement (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 64) :
1. Cela me fait penser (...) à toutes les dames de volupté, enchanteresses, magiciennes d'amour, qui entortillent les hommes dans le réseau de leurs attractions.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 366.
B.— [Avec un compl. second introduit par de indiquant le moyen]
1. Envelopper (quelqu'un ou quelque chose) avec quelque chose que l'on tortille. Il entortille le paquet d'une ficelle. Prenez du chanvre, trempez-le dans de la poix, entortillez-en la pointe de vos flèches (MÉRIMÉE, Jacquerie, 1828, p. 172). Puis on vous entortille de serviettes, on vous roule un turban autour de la tête (ABOUT, Grèce, 1854, p. 412).
Emploi pronom. S'entortiller les pieds de paille. Comme il faisait froid, John s'entortilla le visage avec un gros cache-nez (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 4, 1859, p. 213).
2. [Le compl. de moyen désigne une réalité abstr.] Je me suis chargé d'entortiller la chose de précautions oratoires (FLAUB., Corresp., 1852, p. 377). Je me suis laissé séduire par un gueux d'homme qui avait abusé de mon innocence pour m'entortiller de belles promesses (FEYDEAU, Dame Maxim's, 1914, I, 6, p. 10).
C.— [Avec un compl. second introduit par autour, après]
1. Tortiller (quelque chose) autour d'un objet ou le tortiller avec cet objet. Entortiller une corde autour d'un tronc; entortiller du raphia autour d'une gerbe. Anton. détortiller, désentortiller. [Il] ôte des boyaux et des viscères qui pendent, entortillés autour des poutres (BARBUSSE, Feu, 1916, p. 315). Et il lissait ses longues moustaches et les entortillait autour de son doigt (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 148).
2. Emploi pronom. Se tortiller autour de quelque chose. Le chèvre-feuille s'entortille autour des arbres. Grandes cloches blanches doucement odorantes qui s'entortillaient après les joncs (KARR, Sous tilleuls, 1832, p. 195). Ils [les serpents] se rencontrent, s'entortillent les uns autour des autres (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 129).
Au fig. Je vais m'entortiller une vilaine affaire autour du corps (HUGO, N.-D. Paris, 1832, p. 447).
II.— [Sans compl. second.]
A.— Rendre tortillé; donner à quelque chose une forme serrée, par de nombreuses torsions. Entortiller son mouchoir. Synon. tortiller. Il [Garguille] (...) tendait ses doigts reptiliens, les repliait, les enroulait, et les entortillait selon mille figures savantes (MAGNANE, Bête à concours, 1941, p. 236).
Emploi pronom. Le serpent familier (...) vint s'entortiller à ses pieds (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 275). Je sais aussi qu'il est incomparable pour débrouiller le fil téléphonique quand celui-ci s'est entortillé (MONTHERL., Fils personne, 1943, III, 3, p. 323).
P. métaph. et en emploi part. passé adj. [En parlant du style] Embrouillé, emberlificoté, tarabiscoté (fam.). Ce n'est pas avec des mots ronflants et des idées entortillées que l'on gagne les âmes (CLAUDEL, Corresp. [avec Gide], 1899-1926, p. 69).
B.— [Le compl. désigne une pers.] Tromper, abuser en égarant par des paroles, des comportements incompréhensibles. Elle l'a complètement entortillé. Synon. embobeliner, enjôler, emberlificoter. Réfléchissez bien avant de parler; ils viennent pour nous entortiller (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 339). Pour mieux amadouer et entortiller son monde, il [Sylla] faisait apporter une collation (L. DAUDET, Sylla, 1922, p. 238) :
2. Ah! la comédie, la grosse caisse, le fifre, les galons, les plumets, quelle belle chose pour entortiller les Français!
ERCKMANN-CHATRIAN, Hist. d'un paysan, t. 2, 1870, p. 454.
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. entortilleur, euse, fam. Personne qui entortille les gens. Un entortilleur de première. Ah! vieille ficelle, va!... Entortilleur! (PETER, Debussy, 1931, p. 180). Entortilleur de phrases. Écrivain dont le style est entortillé (cf. ROMAINS, Hommes bonne vol., 1932, p. 306).
Prononc. et Orth. :[], (j')entortille []. Enq. : // (il) entortille. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1190 « envelopper quelque chose que l'on tortille pour serrer ou pour fermer » (Renart, éd. M. Roques, br. XI, 12409 : Il en i ot entorteilliez); 2. 1680 entortiller son stile (RICH.); 3. 1831 « circonvenir, séduire quelqu'un » (BALZAC, Peau chagr., p. 150 : se serait laissé entortiller dans les pièges d'une intrigue). Étant donnée l'ancienneté du mot et l'existence de l'esp. entortijar (cf. aussi roum. intortochia, cat. entortellar), plutôt issu d'un lat. vulg. , dér. de l'adj. lat. « tortillé, qui s'enroule », formé sur le supin tortum de torquere « tourner, tordre » que dér. de entort, part. passé du verbe a fr. entordre, chaque correspondant s'étant dans ce cas formé indépendamment dans chacune de ces lang. (v. REW3, n° 4506). Fréq. abs. littér. :189. Bbg. GUIRAUD (P.). Le Champ morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, pp. 96-109. — LÅNGFORS (A.). Notes lexicogr. Neuphilol. Mitt. 1940, t. 41, pp. 97-117. — PRIGNIEL (M.). Entourlouper, entourloupe, entourloupette. Fr. mod. 1971, t. 39, p. 347, 349.

entortiller [ɑ̃tɔʀtije] v. tr.
ÉTYM. XVIe; de entourteillier, v. 1190; de entort, p. p. de l'anc. franç. entordre; → Entorse.
1 Envelopper (un objet) dans quelque chose que l'on tortille. || Entortiller un bonbon, une orange dans du papier.
2 Tortiller, enrouler, serrer (quelque chose de souple et d'allongé) autour de quelque chose. || Entortiller quelque chose autour de, sur, après quelque chose.(Sans compl. second). || Entortiller son mouchoir. Tortiller. || Entortiller du raphia autour d'un bouquet. Attacher, nouer.
3 (1831). Fig. (du sens 1). Circonvenir, séduire (qqn) par la ruse. Conquérir, emberlificoter, embobeliner, embobiner, enjôler. || Il a réussi à vous entortiller. Avoir (fam.). || Elle sait fort bien l'entortiller. Prendre. || Entortiller quelqu'un de promesses.
1 Ignorant et léger comme l'est un garçon, je devais me ruiner au jeu, me laisser entortiller par quelque Parisienne.
Balzac, la Fausse maîtresse, Pl., t. II, p. 24.
2 (…) il sut entortiller les jurés avec une conviction si sérieuse que l'Accusateur public vit son échafaudage en pièces.
Balzac, Une ténébreuse affaire, Pl., t. VII, p. 608.
4 (1680). Fig. (du sens 1 ou du 2). Envelopper de circonlocutions et d'obscurités. Embrouiller. || Entortiller ses phrases, son style, ses idées. || Entortiller des métaphores.
3 Il avait, dans les entretiens publics et singuliers, une étonnante manière d'enrouler, d'embrouiller et d'entortiller la phrase (…)
G. Duhamel, le Temps de la recherche, XII, p. 170.
——————
s'entortiller v. pron.
(Sens 2). S'attacher à une chose en l'entourant plusieurs fois. || Le lierre s'entortille autour des rameaux. Enlacer (s'). → Attacher, cit. 46. || Le serpent s'entortilla autour du bâton.Fig. :
4 L'orage recommence; les éclairs s'entortillent aux rochers; les échos grossissent et prolongent le bruit de la foudre (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. V, p. 383.
(Sens 2). Fam. || S'entortiller dans ses draps, dans une couverture (cit. 1), dans une pèlerine. Enrouler (s'), envelopper (s').
(Sens 3 et 4). Fig. || S'entortiller dans un mauvais discours, dans des phrases maladroites. Embarrasser (s'), embrouiller (s'), emmêler (s').
——————
entortillé, ée p. p. adj.
(Sens 1). || Bonbon entortillé (dans du papier).(Sens 2). || Papier, ruban, fil entortillé (autour de quelque chose). || Spirale entortillée comme un serpent (→ Biais, cit. 2).
(Sens 4). || Style entortillé. Affecté, contourné, embarrassé. || Des compliments entortillés, des excuses entortillées.
N. || Aimer l'entortillé et le biscornu (→ Contestation, cit. 4).
CONTR. Délacer, dénouer, désentortiller; éclairer; simplifier.
DÉR. Entortillage, entortillant, entortillement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entortiller — ENTORTILLER. v. a. Envelopper dans quelque chose, envelopper tout autour en tortillant. Entortillez cela dans du papier. S entortiller dans son manteau, dans sa couverture. f♛/b] On dit Des choses qui s attachent à d autres, en faisant plusieurs… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • entortiller — Entortiller, Conuoluere, Inuoluere, Intoquere, Obuoluere. Entortiller tout entour, Circunuoluere. Entortillé, Tortilis. Entortillé entour le bras, Intortum circa brachium. Entortillé à la façon d un poisson de mer ayant coquille, du sang duquel… …   Thresor de la langue françoyse

  • entortiller — Entortiller. v. act. Envelopper dans quelque chose que l on tortille. Entortillez cela dans du papier. s entortiller dans son manteau, dans sa couverture. On dit des choses qui s attachent à d autres en faisant plusieurs tours, qu Elles s y… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • ENTORTILLER — v. tr. Envelopper un objet dans quelque chose que l’on tortille ou Tortiller quelque chose autour d’un objet. Entortillez cela dans du papier. Entortiller une ficelle autour d’un paquet. S’entortiller dans son manteau, dans sa couverture.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • entortiller — (an tor ti lié, ll mouillées, et non en tor ti yé) v. a. 1°   Envelopper tout autour en tortillant. Entortillez cela dans un linge. 2°   Fig. Exprimer une chose d une manière embarrassée, avec recherche. Entortiller son style. 3°   Familièrement …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • entortiller — vt. (ep. d une ficelle, d un fil...) ; envelopper, enrouler, plier (fl.), (dans un papier, dans un linge) ; ligoter ; tordre ; nouer : anvartolyé (St Nicolas Cha.), anvertolyî (Morzine.JCH.), êvartolyî (Albanais.001b), êvortolyé… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • ENTORTILLER — v. a. Envelopper dans quelque chose, envelopper tout autour en tortillant. Entortillez cela dans du papier. Le serpent l avait entortillé de ses replis. On l emploie aussi avec le pronom personnel. S entortiller dans son manteau, dans sa… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • entortiller — v.t. Séduire par des paroles trompeuses …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • s'entortiller — ● s entortiller verbe pronominal être entortillé verbe passif S attacher autour de quelque chose en l entourant : Le liseron s entortille autour des tiges. Se prendre dans quelque chose qui s enroule autour de soi : Elle s entortilla dans sa jupe …   Encyclopédie Universelle

  • entortillage — entortillement [ ɑ̃tɔrtijmɑ̃ ] n. m. • 1361; de entortiller ♦ Fait de s entortiller (autour d une chose); état d une chose entortillée. L entortillement du lierre, de la vigne. On dit aussi ENTORTILLAGE , 1863 . ● entortillement ou entortillage… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.